Soins de proximité et déclaration d’impôts

Vous produisez une déclaration d’impôts et vous êtes proche aidant? Alors, il est bon de savoir quelles déductions vous pouvez avoir pour l’administration fiscale. Nous avons repris quelques conseils fiscaux pour vous. Utilisez-les à votre avantage  

Malheureusement, il n’y a pas de règles fiscales particulières pour les proches aidants, mais pour certaines choses, l’administration fiscale peut vous aider. C’est surtout le cas si vous prenez soin de quelqu’un qui fait partie de votre foyer. 

Déduction fiscale pour les frais de soins 

Vous pouvez déduire certains frais de soins de vos impôts pour une personne de 27 ans et plus qui vit avec vous et qui dépend de vos soins. Il s’agit de personnes qui, sans vos soins, devraient compter sur les soins d’un professionnel. 

Regrettablement, ces dernières années, de moins en moins de dépenses sont déductibles, mais cela peut quand même valoir la peine de vérifier. Dans cet aperçu de l’administration fiscale, vous trouverez tous les frais de soins déductibles. 

Attention : vous devez pouvoir montrer sur demande à l’administration fiscale les reçus et les preuves de paiement des dépenses que vous déduisez, alors conservez-les bien. 

Frais de déplacement pour une visite à l’hôpital 

Est-ce que la personne qui vit avec vous et qui dépend de vos soins reste-t-elle plus d’un mois dans un hôpital ou une maison de retraite pour la même maladie ? Et est-ce que vous devez vous déplacer plus de 10 kilomètres pour une visite à l’hôpital ? Si oui, vous pouvez déduire les frais de déplacement pour une visite à l’hôpital de votre déclaration d’impôts. Vous pouvez déduire 19 centimes par kilomètre si vous prenez votre auto ou déduire les frais réels de taxi ou de transport public. 

Impôt sur les successions et proche aidant 

Depuis le 1er janvier 2016, les proches aidants ne peuvent plus bénéficier de l’exemption élevée de l’impôt sur les successions dont bénéficient les partenaires. Jusqu’à cette date, le proche aidant d’un parent malade ou le parent qui était proche aidant de son enfant malade pouvait parfois être le partenaire fiscal du bénéficiaire aux fins de l’impôt sur les successions. C’était le cas si le proche aidant et la personne soignée étaient partenaires fiscaux et remplissaient certaines conditions. Quelqu’un qui avait déjà un partenaire fiscal ne pourrait donc pas obtenir une exemption de l’impôt sur les successions en tant que proche aidant. 

Cependant, le 2 juillet 2015, la Cour de Breda a décidé qu’une femme mariée qui s’occupait pendant longtemps de ses parents résidents pouvait bénéficier de l’exemption de l’impôt sur les successions pour partenaire fiscal. L’administration fiscale a fait appel de la décision. Tant qu’il n’y a pas de décision sur le recours, le fils ou la fille qui a hérité de son parent résident et dépendant de soins peut s’opposer à l’imposition de l’impôt sur les successions s’il s’agit d’un décès survenu en 2015 et pour lequel le proche aidant a reçu une allocation d’aidant proche en 2014. (Rechtbank Zeeland – West Brabant ECLI:NL:RBZWB:2015:4443) 

Dépenses supplémentaires pour les soins 

Parce que la vie quotidienne est souvent plus chère pour les bénéficiaires que pour les autres, vivre avec une maladie ou un handicap entraîne des dépenses supplémentaires. Il y a des dépenses supplémentaires pour la santé, le transport, les technologies d’aide, les aménagements et les adaptations. Vous pouvez demander de vous faire rembourser ou compenser pour une partie de ces dépenses. Profitez-en ! Pour plus d’informations, cliquez ici. 

Soins de proximité rémunérés 

Est-ce que la personne dont vous vous occupez vous rémunère de leur budget personnel ? Si oui, ce revenu est alors imposable pour vous. Tout dépendant de votre relation de travail, un impôt est retenu sur vos revenus ou vous devez déclarer ces revenus vous-même dans votre déclaration d’impôt. 

Avez-vous des conseils ? Laissez-nous un commentaire sous ce message. Voilà comment on peut s’entraider ! 

Back To Top